Le Whisky de Bretagne

C’est sous l’impulsion et l’inventivité de deux distilleries bretonnes, déjà réputées pour leur savoir-faire, que l’histoire du Whisky de Bretagne commence, fin des années 1980.

La Distillerie Warenghem de Lannion, alors dirigée par Gilles Leizour, met au point le premier breuvage. Plus tard, en 1999, c’est le Whisky de blé noir créé par la famille Le Lay, à la distillerie des Menhirs de Plomelin, qui est lancé.

Depuis, d’autres producteurs se sont lancés dans l’aventure du Whisky Breton, avec également plusieurs projets en cours de développement.

La Fédération et l’IG

Pour être reconnu en tant qu’Indication Géographique et se présenter comme « Whisky Breton » ou « Whisky de Bretagne », le whisky doit répondre à un cahier des charges exigeant, garantissant sa qualité et le savoir-faire du distillateur. Il doit ainsi avoir été brassé (avec une eau puisée sur le territoire breton), fermenté, distillé, et vieilli en Bretagne. Il titre à 40% minimum et séjourne au minimum 3 ans dans des fûts de chêne. L’orge maltée, le blé noir, l’épeautre, le maïs, le seigle ou encore le blé peuvent être utilisés dans son élaboration.

Les producteurs respectant ce cahier des charges se sont regroupés dans une association : « La Fédération Du Whisky De Bretagne » qui compte à ce jour 5 producteurs :

Distillerie Warenghem (Lannion 22), Distillerie Des Menhirs (Plomelin 29), Fisselier (22), Naguelann (Languenan 22) et Distillerie de la Roche aux fées (Sainte Colombe 35).

Le whisky de Bretagne représente aujourd’hui plus de 360 000 bouteilles par an, pour une production estimée à près de 200 000 litres d’alcool pur par an.

Nos Actualités

Nous Contacter